Vous êtes ici : Guide du Maroc »  Cultures et traditions »  La langue berbère
L'alphabet tifinagh

La langue berbère, une oralité survivante

Un berbère se définit par sa langue. Un berbère, c’est un Amazigh, la langue berbère c’est le Tamazight (au féminin en version originale). Mais quand un berbère en apostrophe un autre, il va l’appeler « oh, Tamazight », ce qu’on pourrait traduire par « Oh, toi qui parle la même langue que moi ». Tant la langue est au cœur de l’identité berbère.

Et cette langue est une survivante, quasi une miraculée, un parler non-écrit pendant des siècles, réprimé, considéré comme un mauvais langage, celui du quotidien, du populaire, par opposition à la belle langue littéraire, ou la langue sacrée du Coran. C’est aussi une langue réprimée pour des raisons politiques, parce qu’elle est le porte-parole d’une revendication identitaire, celle des peuples berbères.

Et pourtant le berbère se parle toujours, malgré la réduction des « poches » berbérophones, malgré l’absence de grammaire codifiée, malgré l’absence de dictionnaire moderne et complet, malgré les divergence de ses dialectes dont seul le kabyle a été réellement recensé par Charles de Foucauld, malgré l’obligation de parler d’autres langues pour travailler, pour prier, pour réussir, malgré les décrets interdisant son usage, sa transcription, malgré l’enfermement de ceux qui sont uniquement berbérophones dans un ghetto souvent misérable, le berbère se parle, se chante, se rime toujours. Il commence à s’écrire, il se trouve sur le net, il commence à s’apprendre à l’école, à s’entendre à la télévision.

Pour comprendre le miracle que représente cette survie et cette vitalité de la langue, il suffit de comparer avec la mort des langues régionales en France.
En Afrique du Nord, un enfant berbérophone apprend sa langue maternelle, comme tous les enfants, au berceau, et il ne parle souvent que berbère dans sa famille. Puis entre 4 et 6 ans, c’est la rupture, la première école, la coranique, celle du fquih où on lui fait apprendre les versets du Coran par cœur. De l’arabe, et de l’arabe classique, celui qui n’a pas évolué depuis sa codification, à la fin du VIII° siècle. Une langue aujourd’hui tellement difficile que bien peu la parlent, une langue figée dont la grammaire est une suite d’exceptions.
Pour reprendre notre comparaison, il faudrait donc imaginer un petit enfant breton, ou marseillais, parlant le celte ou le provençal, et envoyé à l’école pour apprendre à lire, à écrire et à réciter par cœur en ancien latin. Et pire encore, car au moins notre petit écolier pourrait écrire son provençal, son breton, et se faire un dictionnaire entre sa langue et le latin.
Mais le berbère ne s’écrit pas. Enfin ne s'écrivait pas, et c'est toujours le cas dans une population rurale largement illettrée.

Notre écolier grandit, et il entre à l’école où il va apprendre l’arabe standard, ou classique, celui qui se parle tous les jours en Arabie Saoudite, par exemple, enfin presque (car là bas aussi il y a du dialectal). Et il sort dans la rue, il va par exemple acheter des bonbons, ou chez le médecin. Et là il va devoir parler arabe. Mais attention, pas l’arabe qu’il apprend à l’école, celui que tout le monde parle dans la rue, l’arabe populaire et quotidien, presque une autre langue, qu’on appelle au Maroc la darija.
Donc notre écolier breton, qui a appris à lire en latin se retrouve confrontés à des gens qui parlent français autour de lui.
Mais là encore, cette darija ne s’écrit pas. Parce que cela ne se fait pas, parce que ce n’est pas de l’arabe.
Par exemple, le chiffre deux se dit en arabe classique « itnaïn » et en darija « jouge ». Mais il s’écrit toujours de la même manière. Notre écolier, voyant le prix des figues de barbarie, à 2 dirhams, le « lira » « jouge dirham » mais, voyant le nom de la mosquée Hassan II, le lira « Hassan el Itnaïn » par respect. Or derrière, c’est exactement la même graphie...
Pour continuer, il regarde la télévision, et voit des films égyptiens, dont l’arabe est différent de sa darija.

Un peu à mi chemin, entre le classique et sa propre deuxième langue, comme l’italien est entre le français et le latin.

Les choses ne sont déjà pas si simples, mais vers 9 ou 10 ans, il va commencer à apprendre le français, puis un ou deux ans plus tard l’anglais, qui, eux, s’écrivent, mais dans un alphabet différent.

Or la différence entre l’alphabet latin et l’alphabet arabe est assez importante. L’alphabet arabe n’est pas syllabaire, c’est un « abjad » où seules les consonnes et les voyelles longues s’écrivent (sachant que la même voyelle longue peut être en réalité articulée « a », « i » ou « ou ») et de plus les lettres changent de forme selon leur place dans le mot et selon les combinaisons. Comme en hébreu, la vocalisation, ou inscription de signes supplémentaires pour fixer les voyelles existe pour les textes sacrés, mais est totalement absente dans les textes quotidiens, journaux, etc....

Et pendant tout ce temps, personne n’apprend le berbère à notre écolier. Il n’a aucune pression pour continuer à le parler, parfois même au contraire. Il doit pratiquer l’arabe classique, le français, l’anglais et avoir des bons résultats. Au Maroc, le français est la deuxième langue officielle... Il doit dans la rue pratiquer aussi la darija. Et notre écolier arrive à jouer avec tout cela, n’abandonne rien, continue à parler le berbère....

En France, il a suffit d’un siècle d’école centralisatrice de la République pour que les langues autres disparaissent, et le nombre de vrais locuteurs du basque ou du breton est ridiculement bas.
Mais le berbère a survécu, dans des conditions encore pires. Même si la situation au Maroc n’a jamais atteint les paroxysmes de l’Algérie, berbéritude et insoumission se sont souvent conjuguées. Il était – il est encore – interdit de donner un prénom berbère à un enfant, par exemple. La situation change, au Maroc, et le berbère prend peu à peu droit de cité. Enseigné à l’école, à tous les enfants (berbérophones ou arabophones), parlé à la télévision, où tous les jours des informations sont diffusées en berbère, et même enseigné sur la chaine 2M qui diffuse une courte quotidienne à ce sujet, promu par un organisme officiel, l’Institut Royal de la Culture Amazigh, le berbère se ré-installe comme une langue.
Une langue qui entre dans la modernité, dispose aujourd’hui d’un clavier configuré, d’un codage UTF, de polices de caractères... Vous pouvez allez voir dans nos liens des adresses pour en savoir plus.

Alors qu’est-ce que le berbère ? Une langue sémite, au même titre que l’arabe et l’hébreu, dont l’origine exacte se perd, comme le peuplement berbère de l’Afrique du Nord, dans les temps proto-historique. Une langue à laquelle est apparenté le ganche (langue morte autrefois parlée dans les Canaries), et dont le territoire s’étend du nord du Maroc à des oasis égyptiennes à l’est, et à quelques poches du Burkina Faso pour aller tout au sud.

Le Maroc est sans doute le plus berbérophone de tous les pays, avec une estimation allant entre 40 et 60% de la population qui parle le berbère, réparti entre plusieurs dialectes, le rifain ou tarifit au nord, le braber ou tamazight dans le Haut et Moyen Atlas, au centre du pays, le chleuh, ou tachelhit, dans le Haut et l’Anti Atlas, et le zénète, près de la frontière algérienne. On estime que 25 à 35% de la population algérienne parle le berbère (essentiellement le kabyle, 4 millions de locuteurs, et le chaoui, 2 millions de locuteurs). En Tunisie, le berbère se parle surout au Sud. En Lybie, environ 20% de la population parle le nefoussa, le touareg, ou tamasheq, parlé dans tout le sud saharien, Mali, Niger, Burkina Faso et Mauritanie.

Il s’agit là réellement de dialectes, et la proximité géographique facilite la compréhension mutuelle. Un Amazigh et un Chleuh n’auront aucun problème à se comprendre, ce sera plus difficile entre un Kabyle et un Touareg. Mais le cœur de la langue reste identique, au-delà des variations de vocabulaire et de prononciation. Une langue différente de l’arabe, même si certains mécanismes (comme la modification des mots en début et en fin, seul le radical central restant constant) sont communs à l’arabe, même si le vocabulaire s’est mélangé inextricablement. Beaucoup de phrases sont un mélange de mots berbères et de mots arabes... et de mots français, pour tout le vocabulaire moderne, les techniques, la voiture, les instruments de cuisine. Pourtant, après quelques semaines, l’oreille fait la différence, même si on ne comprend pas les mots, et la musique et les sons mêmes de ces deux langues sont différents.

Une langue qui s’écrit aujourd’hui. Mais comment ? En caractères arabes, en caractères français, en caractères berbères, les tifinaghs, utilisés déjà il y a 2.500 ans avant de tomber en désuétude ? Et quelle version des tifinaghs ? La traditionnelle, celle des Touaregs, qui utilisent un véritable abjad (alphabet sans voyelles), ou par exemple la transcription officielle au Maroc, dite néo-tifinagh, qui inclut des voyelles ? Au-delà des querelles linguistiques souvent teintées de revendications politiques, qu’on peut trouver sur certains forums berbères (la « logique » de la langue est-elle plus proche de l’arabe [sous-entendu de l’oppresseur] ou des langues latines [sous-entendu du colonisateur] ?), la question s’est résolue peu à peu de façon pratique. L’arabe ne servant qu’à écrire l’arabe classique – et même pas la darija – il ne peut être utilisé pour le berbère. A l’époque où l’utilisation des tifinaghs était interdite, on s’est tourné vers l’alphabet latin, dont l’insuffisance a rendre toutes les particularités de la langue est devenu très vite une évidence. Les différentes versions des transcriptions en néo-tifinaghs permettent aujourd’hui de transcrire ces spécificités et d’éviter les ambigüités d’une notation purement consonantique (et accessoirement de faciliter l’apprentissage de la langue par les européens).

Quand vous vous promènerez au Maroc, vous parlerez Berbère sans le savoir. Noms de lieux, de villages sont le plus souvent berbères. Il faut savoir par exemple que le féminin d’un mot se forme toujours en ajoutant un T au début et à la fin du radical. Taznaght, Taddart, Taroudant, Tiznit... Noms berbères qui parsèment la carte du Maroc, noms très souvent liés à la nature, le figuier, l’arbre, le puits....
Vous parlez aussi berbère, ou plutôt vos grands-parents parlaient berbère quand ils traitaient un allemand de schleuh.... Car les soldats français qui traînaient leur guêtres dans la poussière de la Hamada à la poursuite des nomades insoumis trouvaient leur langage incompréhensible... tout autant que celui des soldats allemands qu’ils affrontèrent quelques années plus tard dans les tranchées, et qu’ils surnommèrent comme les tribus berbères. Enfin certains mots, comme « Azur » viennent du berbère.

Mrehba bikoum Mizgarne... Vous êtes les bienvenus à Mezgarne.