Des Oryx relâchés dans l’est marocain

Je dois aux Oryx un des plus beaux souvenirs de ma vie, plusieurs des plus beaux souvenirs de ma vie. Et l’annonce du lâcher récent de 20 oryx gazelles dans la réserve de M’cissi, c’est-à-dire pas loin de Mezgarne me remplit vraiment de joie.

C’était à des milliers de kilomètres du Maroc, dans une Afrique australe qui est très différente du Maroc, tout en partageant avec lui des choses essentielles. Les déserts d’Afrique du Sud et de Namibie sont aussi remplis de grandes bêtes sauvages que vides d’humains.

Grand Gemsbock mâle de profil sur fond de savane
Oryx gazelle, couramment appelé gemsbock, au soleil couchant en Namibie

Continuer la lecture de « Des Oryx relâchés dans l’est marocain »

Une visite à l’Académie des Arts Traditionnels

Je suis affreusement en retard sur de nombreuses choses que je voulais vous raconter sur ce blog, la première étant une visite faite en juin à l’Académie des Arts Traditionnels, à Casablanca.

Cela fait partie des endroits « moins » connus et qui valent tout à fait qu’on leur consacre, quand c’est possible, une heure ou deux dans le cadre d’une visite de Casablanca, la ville « mal aimée » des touristes, qui a pourtant de très belles pépites à proposer.

L'entrée de l'Académie des Arts Traditionnels, derrière la mosquée Hassan II
L’entrée de l’Académie des Arts Traditionnels, derrière la mosquée Hassan II

Continuer la lecture de « Une visite à l’Académie des Arts Traditionnels »

Un Aïd entrecoupé d’averses

Averse de pluie dans la cour d'une maison
La pluie à Tazzarine, le lendemain de l’Aïd

Cette année, l’Aïd a été pluvieux à Tazzarine, et c’est la meilleure chose qui puisse arriver !

D’autant plus que les orages ont eu la politesse d’éviter le matin de l’Aïd même, la grande prière et le sacrifice. Il aurait été dommage que les superbes caftans et les djellabas toutes blanches aient été souillés par la boue qui accompagne toute pluie dans ces oasis à la terre argileuse desséchée après l’été. Continuer la lecture de « Un Aïd entrecoupé d’averses »

Oueds en crue : la force de l’eau

Il est difficile de se représenter ce qu’est la crue subite d’un oued qui était, quelques heures avant, à peine, un lit de cailloux desséchés, qui redeviendra quelques heures après un lit de cailloux sous la boue.

Ces jours derniers, des crues d’été ont emporté plusieurs ponts, faits des dégâts considérables dans la région d’Asilal. Heureusement, peu de victimes. Continuer la lecture de « Oueds en crue : la force de l’eau »

Comment allez en tout confort sur Jemaa Fna sans acheter les produits Sanofi !

Publicité de Sanofi associant Marrakech et la diarrhée
La publicité litigieuse de Sanofi

L’indignation marocaine sur la pub de Sanofi, qui vante ses bioprotiques sur fond de photo de Jemaa El Fna m’a bien fait rire.

Soyons honnête, le problème de la tourista au Maroc, tout le monde connait, tout le monde en parle. Et si, comme dit le directeur général de l’office du Tourisme

Le fait d’associer une des places les plus célèbres du pays, par ailleurs patrimoine mondial de l’humanité, à une intoxication alimentaire, porte une atteinte grave à l’image de notre pays en suggérant de façon très explicite que le fait de se rendre au Maroc implique forcément de contracter cette maladie

l’association est déjà faite depuis longtemps, aussi avec la Tunisie, l’Egypte, etc… pas par hasard ! Continuer la lecture de « Comment allez en tout confort sur Jemaa Fna sans acheter les produits Sanofi ! »

Les couleurs du Maroc sur Arte TV

L’année dernière, nous avons eu le plaisir de faire le fixage et l’assistance au tournage d’un des cinq films qui sont diffusés par Arte à partir de ce soir, à 19 heures, réalisés par What’s Up Productions.

Plaisir, parce que cette production a pris le temps d’aller à la découverte du Maroc, pris le temps de tourner, pris le temps aussi de tourner avec du matériel, et la beauté des images qui apparait sur les trailers est le résultat de ces efforts.

Dans une maison de Taliouine, le safran
Un homme s’approche d’un plateau de safran, dans une maison de Taliouine – © Fanny Tondre – What’s Up Prod

En effet, souvent, pour des impératifs économiques, les équipes de télévision ne disposent pas des mêmes moyens, sur certains tournages nous accompagnons un reporter seul « qui se débrouille » en deux jours. Là, le tournage s’est étalé sur environ un mois, et, croyez-moi, on n’a pas chômé ! Continuer la lecture de « Les couleurs du Maroc sur Arte TV »