Vous êtes ici : Contact / infos »  Droits d''auteurs

L'ensemble des textes et photos présents sur ce site est soumis aux législations sur les droits d'auteur et ne peut être utilisé sans l'accord préalable du gestionnaire du site.

Les photos et illustrations sont, sauf mention contraire, la propriété de Oasis de Mezgarne et/ou Marie-Aude Koiransky (www.lumieredelune.com). Les photos ou les textes qui seraient libres de droit seraient explicitement identifiés.

La reproduction ou représentation, intégrale ou partielle, des pages, des données et de toute autre élément constitutif au site, par quelque procédé ou support que ce soit, est interdite et constitue sans autorisation écrite de l'éditeuret de l'auteur, une contrefaçon. Elle ferait en tout état de cause l'objet d'une facturation minimum de 5.000 dirhams / 500 euros, et ce sous réserve de poursuites éventuelles.

 

Bon je sais, c'est une lutte sans fin.
Mais après avoir passé une journée très frustrante à faire la chasse aux copies de nos photos et de nos textes sur le Web, j'ai voulu au moins expliquer …

Ce n'est pas parce qu'une page est sur le net que c'est un appel à se servir. Le contenu "libre de droits" (utilisable et réutilisable à merci) ne se préjuge pas, il doit être clairement indiqué. Tout ce qui n'est pas indiqué "libre de droits" ou "sous licence Creative Commons" ne peut pas être réutilisé sans notre autorisation. Et le droit de citation se limite exclusivement à quelques phrase, une ou deux lignes tout au plus, obligatoirement accompagné de la source et du nom de l'auteur. En droit français, le droit de citation ne s'applique pas aux images : vous ne pouvez pas réutiliser, modifier, recadrer, une de nos images sans notre autorisation.

Et ceci est tout aussi valable en droit marocain. Vous le savez bien, amis marocains, les premiers à crier à votre droit à l'image (que je respecte), à demander de l'argent pour la moindre photo de rue où on risque de vous apercevoir ? Je le respecte, respectez aussi mon droit de photographe et d'auteur.

Qu'est-ce que cela veut dire concrètement ?

Toute utilisation non autorisée, et sortant des limites de la citation sera poursuivie. Les autorisations par des activités commerciales, quelles qu'elles soient, seront facturées, avec un minimum de 500 euros pour une photo, ou pour un texte (donc une photo et un texte, 1.000 euros). C'est beaucoup ? Peut être, mais c'est moi qui suis vendeuse, c'est moi qui fixe les prix. Vous utilisez, vous achetez, vous payez….

C'est beaucoup ? Pas tant que cela, en fait.

Commençons par les textes.

J'ai passé beaucoup de temps à faire ce site. Environ quatre mois pour la version française, un mois pour la traduction en anglais, et je dois bien avoir passé un mois aussi, bout à bout, sur le blog.
J'ai pris le temps de rechercher l'information, de la recouper, pour éliminer les erreurs, et de la ré-écrire, pour que ce soient mes propres mots.
J'ai essayé aussi d'optimiser les pages pour bien sortir dans Google.
Cela marche, puisque vous êtes arrivés sur ce site, vous l'avez facilement trouvé… nous avons plus de 40.000 visiteurs par mois, et sur beaucoup de requêtes, nous sortons en première page.

Et quand vous faites un copier-coller, vous reprenez le résultat en 5 secondes. Vous trouvez cela normal ?
Imaginez que vous ayez un restaurant. Vous voyez un autre restaurant en face, vous aimez bien ses assiettes, hop, vous les lui prenez…

Vous appelez ça comment ?
Copier nos textes, c'est la même chose. Un rédacteur professionnel coûte de l'argent, vous vous appropriez un travail que vous n'avez ni fait, ni payé. Et en plus, "vous" êtes le plus souvent des concurrents directs.
Et vous nous portez tort, en plus (chercher un peu "duplicate content" dans Google, vous comprendrez).

Pour les images, les photos, c'est encore pire.

Une de mes amies, photographe elle aussi, a parlé un jour d'un sentiment de viol, quand elle voit ses images utilisées sans son accord. Sans aller aussi loin, c'est une chose odieuse.
Vous qui n'êtes pas photographe, qui cherchez simplement de jolies images pour votre site ou votre blog, vous croyez que c'est simple, qu'il suffit d'une seconde pour faire une photo ? Alors faites en autant….

Cela fait plus de 15 ans que je fais de la photo. Pendant ces quinze années, je me suis exercée, j'ai lu des livres, des revues, j'ai fait des stages, je suis allée dans des expositions. J'ai exercé mon oeil et ma technique. Si je suis capable aujourd'hui de faire (parfois) "la bonne photo" en une seconde, c'est grâce à toutes ces années. La photo est comme n'importe quel artisanat, une question de pratique.

C'est aussi une question de matériel. Pas seulement, bien sûr, mais quand même… J'ai investi dans un matériel qui me permet de faire des photos dans beaucoup de situations difficiles. Dans des situations où l'argentique ne permet pas de réagir aussi facilement. J'ai aussi un ordinateur, la licence d'un logiciel de retraitement d'images, le disque dur externe pour la sauvegarde, le graveur, l'écran encombrant qui permet de traiter correctement une image sans problèmes de colorimétrie… et le temps passé à apprendre comment me servir de tout ça. Encore une fois, technique, temps, et argent. Et tout cela fait partie de ce qui permet de faire une photo "en une seconde".

Quand vous aurez dépensé la même peine que moi, vous aurez surtout compris que tout cela n'est pas l'essentiel.
Faire une photo, c'est montrer comment on voit le monde. Comment on l'interprète, ce qu'on y trouve de beau, de laid, de choquant, d'enthousiasmant. Il y a dans mes portraits ma façon de voir et d'aimer les gens que je montre. Il y a dans mes paysages, dans les fleurs, mes objets ma vision, ma sensibilité. Pas la votre. Quand vous prenez mon image, c'est un peu de moi que vous prenez, et c'est ce qui me met tellement en colère.

Enfin, une dernière chose : les aspects juridiques.

L'exclusivité

Je suis photographe. Je vis de la vente de mes photos. Certains clients veulent des images exclusives, et sont prêts à payer pour cela. Tant que mes images reste sur nos site webs, je peux les retirer du jour au lendemain si j'en ai besoin. Quand vous les copiez sur votre site, sans mention de droits, vous les lancez dans la nature… et dieu sait où elles vont atterrir ! Vous me portez tort, encore une fois.

Le droit à l'image

Je respecte le droit à l'image des personnes. Quand c'est nécessaire (renseignez vous) j'ai des autorisations de publication. Elles peuvent être limitées, notamment à un site web, ou à un mode d'utilisation. En reprenant ces images, vous ne respectez pas le droit à l'image de ces personnes. Si une femme a accepté que je fasse son portrait, et que je le montre, elle ne vous en donnera peut être pas l'autorisation à vous.

J'ai voulu pendant longtemps ne pas gâcher les photos avec un filigrane. C'est malheureusement nécessaire. Les pages de ce site sont protégées par Copyscape, les filigranes et les tags vont apparaître au fur et à mesure. C'est dommage…