Vous êtes ici : Guide du Maroc »  Lieux et recoins au Maroc »  Haut-Atlas »  Vallée des Roses

La Vallée des Roses, villages berbères et jardins de fleurs

Entre kelaa (dont le nom veut dire « la forteresse des M’Gouna) et Boulmane du Dadès s’étend la vallée des Roses, étroite et à flanc de montagne. L’entrée en est marquée, à Imassine, par de gigantesques rochers ronds, qui semblent posés en équilibre sur le sol. C’est une longue suite de petits villages et de maisons traditionelles en terre, dont la richesse se cache dans des jardins invisibles de la route, les rosiers dont l’odeur se propage partout au mois de mai, quelques jours avant la récolte.

La Rosa Damascena, qui résiste au froid et à la sécheresse, aurait été introduite par des pèlerins de retour de la Mecque au X° siècle . Cultivée pour la consommation locale, sous forme d’eau de rose, comme pour l’exportation et l’industrie du parfum, on en recolte annuellement trois à quatre mille tonnes, au cours d’une semaine qui se cloture par le superbe moussem des Roses.


Circuit fete des Roses

Spécial Moussem des Roses

Avec les longs week-ends de mai, c'est l'occasion idéale pour assister au Moussem et partir ensuite à la découverte du sud marocain.

Un circuit long, et un circuit court, et un combiné Marrakech et moussem, autour du festival des Roses.

 

La distillation se fait dans deux usines dans la région, celle de Kelaâ, installée dans une ancienne kasbah, se visitant en avril et en mai.

L'eau de roses est fabriquée sur place, mais les cosmétiques et les savons sont maintenant faits dans des usines, à Marrakech ou Casablanca. La rose du Dadès est aussi exportée pour l'industrie du parfum. Enfin, les familles de producteurs l'utilisent, pour le parfum, la cuisine, et des soins traditionnels.

Le tajine à la rose se fait en laissant mariner la viande dans une décoction de pétales de roses, pendant plusieurs heures, ou même une nuit. Ensuite, on fait cuire la viande de la façon habituelle, longtemps, en évitant les épices trop fortes. Un vrai délice ! En revanche la confiture de roses n'est pas de la région, elle se déguste à Fès.

A visiter dans la vallée des Roses

Assister au festival de la rose

Bien sûr, c'est la grande attraction. Le moussem-roses dure deux jours et demi, commençant le vendredi soir, mais le plus important du festival a lieu de lsamedi matin, avec le défilé des groupes de musiciens et de danseurs, et de chars décorés, le premier d'entre eux portant fièrement Malika Ouardi, la reine des Roses. Les rues sont remplies de monde, les femmes négocient bijoux et foulards, un immense souk est là pour rappeler qu'un moussem, c'est souvent une fête de la moisson, et un marché. Plus tard dans la journée, les réjouissances se poursuivent avec des chanteurs plus modernes.

Les jardins de roses

On les trouve à l'intérieur des douars, ou dans les parcelles cultivées. Il faut les visiter avant le moussem, quand les fleurs sont encore épanouies. Après la récolte, il restera encore les blés, verts, parsemés de coquelicots.

Les rochers d'Imassine

A l'entrée de la vallée, un énorme rocher semble posé en équilibre sur le sol. Cet impressionant petit mont peut s'escalader, un escalier a été fait dans la roche, et d'en haut on a une très belle vue sur la vallée.

Boutaghar

C'est la capitale de la vallée des Roses, plus que Kelaa. Au bout de la route, sur une falaise qui surplombe une vallée en train de se transformer en gorge, le gros bourg de Boutaghar est un point de départ pour des trekkings dans la région.

Photos de la Vallée des Roses

Vue de la vallée du Dadès (Boutaghar) Les jardins de roses à Boutaghar Faire danser les pétales Pour l'eau de rose Casbahs en cascade Oued et moutons La cigogne

L'artisanat de la Vallée

Bien sûr, tout semble tourner autour de la rose. On trouve sur place de l'eau de rose, fabriquée par une des deux distilleries de Kelaa, et des produits cosmétiques, savons, crèmes... certains sont naturels (on dit beldi en marocain, c'est l'équivalent de "produit du terroir"), ceux qui ont une trop belle couleur rose ont des additifs chimiques.

Enfin, on trouve aussi à Kelaâ une fabrique de poignards, située dans l’ancien mellah, et perpétuant la tradition des artisans juifs, qui fabriquaient des manches et des fourreaux de poignards en bois de cèdre, ou en os de dromadaire, tandis que les lames viennent d’un petit village à quelques kilomètres.

Carte de la Vallée des Roses

Google EarthVoir la carte dans Google Earth
Pour voir cette carte dans Google Earth, et pouvoir profiter des autres contenus, comme les photos, vous devez avoir installé Google Earth sur votre PC. Si ce n'est pas encore fait, vous pouvez obtenir cette application ici